Archives de Catégorie: Musique

Clin d’oeil à Pascale…

Par défaut

Depuis plusieurs mois, cette chanson trotte dans ma tête… Un coup de coeur, un air mélancolique… « I can hear the birds, I can see them fly, I can see the sky… » Le DJ Tristan Casara, alias The Avener a remixé ce morceau qui a tourné en boucle sur beaucoup de radios cet été, et il a permis de découvrir la chanteuse du groupe suisse Kadebostany. En revoyant le clip, il était logique que je reprenne des séances de modèle vivant.

Modèle vivant 02 Modèle vivant 01

Un montage de différents croquis, des pauses courtes de 5, 10 ou 15 minutes, voilà un petit aperçu de l’atelier modèle vivant sans professeur que je fréquente depuis octobre. Pas facile de dompter les courbes, les proportions, les raccourcis, la lumière et les ombres ! Allez on s’accroche…

Découvertes musicales…

Par défaut

Si le dessin fait partie de ma palette de compétences, la maîtrise d’un instrument de musique ou du chant n’y est pas. Je suis toujours fascinée par le fait de découvrir de nouveaux talents musicaux. Je me pose à chaque fois la question, comment est-ce possible, comment peut-on encore inventer quelques chose de différent… Une voix qui nous touche plus particulièrement, des suites de note qui nous emportent ailleurs… Ces derniers mois, c’est comme si la magie était parvenue à mes oreilles… J’ai craqué pour London Grammar, un jeune groupe anglais dont la chanteuse a une voix si caractéristique. Des mélodies mélancoliques, j’ai eut la chance de les voir en concert à Lyon, un moment malheureusement trop court… Dans la même semaine, j’ai pu également rencontrer un nouveau groupe français As Animals dans une petite salle, un beau coup de coeur, et le souvenir d’une énergie communicative qui ne m’a pas lâchée pendant des jours. J’étais une vraie pile « électrisante »… Parallèlement c’est Agnès Obel qui m’emmène dans son monde poétique, une danoise au parcours classique, et Goldfrapp, une chanteuse atypique qui vous plonge dans un univers sombre et cinématographique, dont l’album « Tales of us » est une merveille. Je suis ravie d’avoir ma place pour écouter ces deux talents féminins pour mes nuits de Fourvière en juillet. Dernièrement, c’est en suivant une série britannique, l’excellent « Broadchurch », que j’ai découvert Olafur Arnalds, c’est donc avec l’Islande que je conclue mon article de découvertes musicales.

Si ces noms vous sont inconnus, je vous laisse écouter leurs univers musicaux avec ces clips vidéos que j’ai choisi spécialement pour illustrer mon blog.

Le Trio Bassma

Par défaut

Si un jour, vous avez l’occasion d’aller découvrir le Trio Bassma, alors n’hésitez pas une seconde, allez-y les yeux fermés… L’invitation au voyage commence… Une musique universelle qui touche le coeur et l’âme, et vous emmène hors du temps…

Le Trio Bassma créé en 2010, réunie 3 personnalités et 3 pays, Chems (l’Algérie, au chant et à la guitare, une voix envoûtante), Hassan Abd Alrahman (la Syrie, au chant et joueur virtuose de Oud, le luth oriental) et David Bruley (la France, talentueux percussionniste aux rythmes chaleureux).

« Quand les chants du monde se font récit,
Quand les cultures s’entremêlent et témoignent du passé, du présent… mélodieuses, percussives et tribales,
L’âme d’un peuple rêvant de liberté, comme l’histoire qui est tienne et qui m’a montré un chemin, min hounak,
Ont retenti alors contre l’oubli les voix vibrantes d’espoir. Et je me souviens… »

Ils réunissent un répertoire de musiques aux couleurs de l’Orient et du Maghreb, alliant poésie traditionnelle et compositions contemporaines. Ils réussissent immanquablement à nous entraîner avec leur musique intense, dynamique, émouvante, toujours chaleureuse, dans un voyage complice grâce à leurs chants, en arabe et en français, et leurs instruments généreux. Leur premier album « A la croisée des mémoires » est magnifique, et mérite une place de choix dans votre salon. A écouter accompagné de douceurs, un verre de thé à la menthe, des biscuits aux épices d’Orient, les yeux clos…

J’ai eut le privilège de les croquer à la Médiathèque de Décines lors d’un moment magique…

Last dance : la reine du disco nous a quitté…

Vidéo

Si il y a une chanteuse qui a bercé mon enfance, c’est bien la reine du disco : Donna Summer. Ah les fameuses années 70 ! Sa disparition m’a renvoyé vers de beaux souvenirs de petite fille : les samedis soirs passés en famille où l’on poussait les tables pour danser en mettant des vinyles en format 45 tours ou 33 tours, on s’éclatait avec un simple tourne disque et une enceinte intégrée. Aujourd’hui, c’est sur un smartphone que l’on écouterait sa musique… Adieu Donna, tu vas dès à présent animer les soirées disco au paradis !

Cocoon, je suis tout simplement fan !

Par défaut

J’ai découvert le groupe Cocoon en entendant le titre Chupee dans « L’arnacoeur », film que j’adore. J’ai cherché à découvrir leur univers et quelle ne fut ma surprise de voir que ce groupe qui chante en anglais est de Clermont Ferrand, ville réputée pour sa biennale du carnet de voyages. Beaucoup de leur single ont été intégré à des spots publicitaires, car les mélodies sont jolies et faciles à retenir : un mélange pop folk mélancolique.

Je joue de la guitare, j’ai le profil de la débutante, qui enchaîne quelques accords pour s’amuser, alors je suis doublement impressionnée par cette facilité à composer et jouer de belles mélodies.

Je vous laisse écouter en live l’alchimie de ces 2 musiciens chanteurs compositeurs Mark Daumail et Morgane Imbeaud qui étaient aux nuits de Fourvière le 15 juillet 2011.

Sea Lion II – I will be gone

Oh I found, under a thousand dead bodies I found your armor
With the blade of my sword hum… stuck in your heart.

Oh if I, oh if I were to die would you say that we’re tie ?
Oh come on. Tch tch come on.

Oh I could give you seas when you fight for lakes.
By the time you stand and walk again,
I will be gone, I will be gone, I will be gone.

Oh you gave, oh you gave me a map to find a way out,
And you gave me a mirror to see who I became.

Oh I could give you seas when you fight for lakes.
By the time you stand and walk again,
I will be gone, I will be gone, I will be gone.

Oh I could give you seas when you fight for lakes.
By the time you find out what it takes,
I will be gone, I will be gone, I will be gone,
I will be gone, I will be gone, I will be gone.