Archives de Catégorie: Challenge

Le printemps des poètes

Par défaut

A l’occasion du 19ème Printemps des poètes, l’atelier que j’anime, expose quelques travaux autour du thème 2017 : Afrique(s). L’équipe du Centre Social du Neyrard a proposé un challenge entre les 2 ateliers « aquarelle » et « écriture ». Le principe était de créer des poèmes autour de nos aquarelles « Rêves d’Afrique » et vise versa, de mettre en image le poème « SI LOIN… ». L’exposition est visible du 4 au 19 mars 2017 à Sainte Foy les Lyon dans les locaux du Centre Social.

Affiche
expo

Voici le poème de l’atelier d’écriture, qui participe parallèlement à un concours organisé par l’association fidésienne « au creux de l’oreille » sur le thème PARTIR.
Le choix de la création « SI LOIN… » est le résultat d’un  questionnement autour de ce que peut évoquer le mot « PARTIR ».
Isabelle, l’animatrice et son groupe ont fait le choix de traiter une préoccupation contemporaine tout en soulignant son caractère universel : il n’y a pas de lieu, ni de temporalité pour être déraciné, connaitre un chemin difficile avant de retrouver une terre d’accueil… d’où peut rejaillir espoir et vie.

Si Loin…

Tu vas grandir loin de la maison de mon père,
Patio envahi par les plantes grimpantes
Gardes-tu le souvenir des odeurs enivrantes ?
Roses, jasmins et citronniers en fleurs
Où dansaient mille et une abeilles.
Toi si minuscule à mon départ…
Chaos effrayant, explosion, sifflement, souffle de feu
Adieu.
Course effrénée, fuite éperdue
Je te serre petit trésor, contre mon cœur
Te protégeant d’un voile de soie.
J’ai faim, j’ai mal, je pleure, j’attends sous le soleil
Je marche dans le froid, je sors de la nuit
Enfin l’aube…
Eaux, brise et oiseaux dans le chant du soleil
Je suis arrivée.
Mes mains te libèrent de ton écrin de soie
Dans cette terre d’accueil, petit noyau doré
Toi aussi, tu vas trouver ta place nouvelle
Mémoire de couleurs et de senteurs
Apparition de fleurs.

filletteLa fillette

la-graineLa graine

J’ai proposé aux élèves de l’atelier de peindre sur des silhouettes d’animaux avec un fond de coucher de soleil. Un effet mixant le travail dans l’humide et les animaux en fondu de deux couleurs. Voici la réalisation collective, ainsi que quelques morceaux choisis des poèmes écrits par l’équipe d’Isabelle.

Le lion

Le lion est inquiet ce soir, il interroge le ciel.
Sera-t-il toujours le roi des animaux ?
Il observe le moindre changement de couleur, le moindre mouvement d’air,
Le moindre bruit, à la manière d’un suricate, afin de déceler quelques signes.
Un brasier rougeoyant lui répond.
La savane n’a pas changé.
Le roi des Rois est rassuré, il va pouvoir aller se reposer.

Jennifer

expo-01
et ci dessous mes aquarelles « Rêves d’Afrique »:
montage-expo-03montage-expo-04

L’Eléphant

Boum, boum, boum !
« Ton pas s’entend de loin, l’Eléphant.
Crois-tu vraiment, qu’avec tout ce fracas, tu parviendras à
surprendre le Suricate qui se cache là-bas ? »
La Girafe se désespère ; elle baisse les bras. Elle, elle est myope et n’y vois pas.
Mais, soudain, sous le soleil blanc, l’Eléphant semble se couvrir de neige ; peu à peu, il disparaît, se fait invisible…
Dans cette plénitude, le Suricate surgit ; ça y est, on l’a débusqué,
il s’est montré !

Séverine

Publicités

Le carnet des arbres…

Par défaut

J’ai participé au carnet qui voyage des Urban Sketchers France sur le thème des arbres. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai parcouru et admiré le travail des autres participants. Voici ma contribution… Un mélange de techniques : dessin au feutre indélébile, aquarelle, tampon et linogravure. L’impression a été réalisée avec des encres aquarellables.

Bonzai carnet des arbres matalie

Quelques extraits d’autres participants Urban Sketchers France…

Aquarelle de Catherine Gout

Aquarelle de Catherine Gout

Aquarelle de Vanessa Samos

Aquarelle de Vanessa Bataille

Aquarelle d'André Rouquet

Aquarelle d’André Rouquet

Challenge et engagement citoyen…

Par défaut

Un nouveau défi et un engagement citoyen… J’ai trouvé intéressant d’utiliser le nouveau challenge proposé par Evhe sur le site à nos pinceauxpour imaginer un nouveau tournesol mutant… Suite à la marche des réfugiés du nucléaire du Bugey vers Lyon du samedi 13 octobre 2012, je poste ici un croquis illustrant un tournesol en forme d’alarme « danger nucléaire ». Il est temps que nos scientifiques et hommes politiques réfléchissent à  de nouvelles solutions pour sortir du nucléaire.

Annonce Pôle emploi : « Vous êtes un aventurier des temps modernes, vous aimez voyager, vous cherchez un travail d’avenir ? Notre client spécialisé en maintenance sur les sites nucléaires recrute plusieurs liquidateurs décontamineurs, urgent : postes à pourvoir à Tchernobyl et Fukushima, salaire à négocier, espérance de vie réduite, retraite paisible improbable… »

Carnet de croquis 90g, aquarelle en godet et stylo plume à encre noire indélébile, format 105×150.

Mordre à l’hameçon…

Par défaut

Pour le nouveau challenge du site à nos pinceaux, Evhe nous a proposé une photo d’un casier rempli de poissons, un retour de pêche généreux, j’ai décidé d’imaginer ce qui pouvait se passer sous l’eau…

Le lombric piégé tente de s’enfuir, tandis que les deux poissons shakespeariens s’interrogent : « mordre ou ne pas mordre à l’hameçon, telle est la question… »

Aquarelle en godet, masque au drawing gum, papier aquarelle 300g, format 180×240.

Croquis à Agadir…

Par défaut

La magie d’internet permet le temps d’une pause dominicale d’aller croquer virtuellement au Maroc. Le site Randocroquis a proposé pour le challenge de septembre de dessiner l’ambiance du port d’Agadir. J’ai relevé le défi en 30 minutes sur un papier croquis 90g, format 150×210, à l’aide d’un dessin esquissé au crayon 4H. J’ai continué aux feutres fins de différentes tailles en couleur sépia, puis j’ai mis quelques touches d’aquarelle de la même couleur afin d’apporter des ombres et du volume à ce croquis d’ambiance.

Les bonnes poires…

Par défaut

A l’occasion du challenge A nos pinceaux de la rentrée de septembre, je fais un petit point sur une expression bien connue : « Etre une bonne poire » !

Aquarelle et crayon pierre noire, papier aquarelle 300g, format 180×240.

L’expression serait utilisée depuis la fin du XIXème siècle. Son origine est très simple : lorsqu’une poire est mûre, elle tombe seule du poirier. Il n’y a donc pas besoin de grimper au poirier pour la cueillir.

« Etre une bonne poire » c’est donc « se faire avoir facilement ». Dire de quelq’un que c’est une bonne poire, c’est exprimer l’idée que cette personne est dupe, naïve, se laisse mener par le bout du nez ou que sa gentillesse fait qu’on en abuse facilement…

Or, d’après les jardiniers, si la poire tombe seule du poirier, il s’agit en réalité d’une tactique de reproduction : les animaux mangent la poire tombée au sol et déféquent ses graines un peu plus loin. Les graines sont ainsi fertilisées par les excréments de l’animal et donneront un nouveau poirier…..la poire n’est donc peut être pas aussi bête que l’expression veut bien nous le faire croire !

Et si je dois faire un parallèle avec l’actualité de la semaine avec entre autre le nouveau déficit de la sécurité sociale, et bien j’ai très envie de lire le guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des professeurs Philippe Even et Bernard Debré qui vient de sortir en librairie… A qui profite réellement le remboursement par la sécurité sociale de tous les médicaments prescrits par ceux et celles qui nous veulent du bien ? Arrêtons d’être des bonnes poires !

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à lire la liste des 56 médicaments dangereux ou inutiles pour la santé.

Pour conclure le docteur Matalalie vous prescrit ce petit film… Edifiant !

Hommage à Fukushima…

Par défaut

J’ai profité du nouveau challenge de mars pour le site à nos pinceaux : croquer une scène du quotidien d’un blogger pour rendre un hommage au peuple japonnais et la double catastrophe, tsunami et nucléaire, de Fukushima. J’ai repris la photo touchante d’un journaliste, celle d’une mère et son fils sur une plage, priant au milieu des fleurs jetées dans l’océan, puis un aperçu de mon bureau et la chaîne humaine à laquelle j’ai pris part et dont je parle un peu plus loin sur mon blog. J’ai préparé une esquisse au crayon 4h, puis travaillé dans l’esprit d’une illustration de presse au stylo feutre noir permanent. J’ai fini par une mise en couleur à l’aquarelle (godets).

Hommage à Fukushima
Aquarelle et feutre noir permanent, papier 120g, format 210×150.
« Il faut que la peinture serve à autre chose qu’à la peinture. »