Archives de Catégorie: A nos pinceaux

Challenge et engagement citoyen…

Par défaut

Un nouveau défi et un engagement citoyen… J’ai trouvé intéressant d’utiliser le nouveau challenge proposé par Evhe sur le site à nos pinceauxpour imaginer un nouveau tournesol mutant… Suite à la marche des réfugiés du nucléaire du Bugey vers Lyon du samedi 13 octobre 2012, je poste ici un croquis illustrant un tournesol en forme d’alarme « danger nucléaire ». Il est temps que nos scientifiques et hommes politiques réfléchissent à  de nouvelles solutions pour sortir du nucléaire.

Annonce Pôle emploi : « Vous êtes un aventurier des temps modernes, vous aimez voyager, vous cherchez un travail d’avenir ? Notre client spécialisé en maintenance sur les sites nucléaires recrute plusieurs liquidateurs décontamineurs, urgent : postes à pourvoir à Tchernobyl et Fukushima, salaire à négocier, espérance de vie réduite, retraite paisible improbable… »

Carnet de croquis 90g, aquarelle en godet et stylo plume à encre noire indélébile, format 105×150.

Publicités

Mordre à l’hameçon…

Par défaut

Pour le nouveau challenge du site à nos pinceaux, Evhe nous a proposé une photo d’un casier rempli de poissons, un retour de pêche généreux, j’ai décidé d’imaginer ce qui pouvait se passer sous l’eau…

Le lombric piégé tente de s’enfuir, tandis que les deux poissons shakespeariens s’interrogent : « mordre ou ne pas mordre à l’hameçon, telle est la question… »

Aquarelle en godet, masque au drawing gum, papier aquarelle 300g, format 180×240.

Les bonnes poires…

Par défaut

A l’occasion du challenge A nos pinceaux de la rentrée de septembre, je fais un petit point sur une expression bien connue : « Etre une bonne poire » !

Aquarelle et crayon pierre noire, papier aquarelle 300g, format 180×240.

L’expression serait utilisée depuis la fin du XIXème siècle. Son origine est très simple : lorsqu’une poire est mûre, elle tombe seule du poirier. Il n’y a donc pas besoin de grimper au poirier pour la cueillir.

« Etre une bonne poire » c’est donc « se faire avoir facilement ». Dire de quelq’un que c’est une bonne poire, c’est exprimer l’idée que cette personne est dupe, naïve, se laisse mener par le bout du nez ou que sa gentillesse fait qu’on en abuse facilement…

Or, d’après les jardiniers, si la poire tombe seule du poirier, il s’agit en réalité d’une tactique de reproduction : les animaux mangent la poire tombée au sol et déféquent ses graines un peu plus loin. Les graines sont ainsi fertilisées par les excréments de l’animal et donneront un nouveau poirier…..la poire n’est donc peut être pas aussi bête que l’expression veut bien nous le faire croire !

Et si je dois faire un parallèle avec l’actualité de la semaine avec entre autre le nouveau déficit de la sécurité sociale, et bien j’ai très envie de lire le guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des professeurs Philippe Even et Bernard Debré qui vient de sortir en librairie… A qui profite réellement le remboursement par la sécurité sociale de tous les médicaments prescrits par ceux et celles qui nous veulent du bien ? Arrêtons d’être des bonnes poires !

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à lire la liste des 56 médicaments dangereux ou inutiles pour la santé.

Pour conclure le docteur Matalalie vous prescrit ce petit film… Edifiant !

Hommage à Fukushima…

Par défaut

J’ai profité du nouveau challenge de mars pour le site à nos pinceaux : croquer une scène du quotidien d’un blogger pour rendre un hommage au peuple japonnais et la double catastrophe, tsunami et nucléaire, de Fukushima. J’ai repris la photo touchante d’un journaliste, celle d’une mère et son fils sur une plage, priant au milieu des fleurs jetées dans l’océan, puis un aperçu de mon bureau et la chaîne humaine à laquelle j’ai pris part et dont je parle un peu plus loin sur mon blog. J’ai préparé une esquisse au crayon 4h, puis travaillé dans l’esprit d’une illustration de presse au stylo feutre noir permanent. J’ai fini par une mise en couleur à l’aquarelle (godets).

Hommage à Fukushima
Aquarelle et feutre noir permanent, papier 120g, format 210×150.
« Il faut que la peinture serve à autre chose qu’à la peinture. »

Chaîne humaine… J’y étais !

Par défaut
Triste anniversaire que ce 11 mars 2012 : il y a un an Fukushima… Le Japon subissait son tsunami, sa terrible catastrophe nucléaire et plus de 19.000 personnes disparaissaient !
J’ai donc décidé de participer à la chaîne humaine organisée ce dimanche 11 mars 2012, afin de rendre hommage au peuple japonais, ainsi qu’à tous ceux et celles qui ont subi une catastrophe nucléaire ou industrielle. J’englobe toutes les formes d’accident, car de Sévéso (1976) à Tchernobyl (1986) en passant par celle de Feyzin (1966), il était de notre devoir de rendre hommage aux disparus. Je suis ravie d’avoir rejoint 60.000 citoyens dont la plupart était sans étiquette politique. Il est évident qu’en pleine campagne présidentielle, quelques candidats ont souhaité se joindre au mouvement.
Une ambiance bon enfant, sans cri et sans violence, une police discrète, ont fait de cette manifestation un bel évènement pour avancer vers un monde plus serein.
Le site officiel est ici : « sortir du nucléaire » et pour illustrer ma journée quelques clichés pris sur place à Gerland et Saint Fons…

Croquis au Musée Saint Pierre

Par défaut

J’ai participé à une petite sortie samedi matin avec quelques croqueurs au Musée des Beaux Arts de Lyon. Nous sommes allés dessiner dans la galerie des sculptures. C’est une bonne alternative quand nous n’avons pas l’occasion de faire du modèle vivant. J’ai choisi « l’odalisque » et « Léda » que j’avais manqué lors du dernier skechtcrawl.

Crayon noir aquarellable, papier Canson 90g, format 210×297.

La rose et la fée

Par défaut

Nouveau défi de février : voici le challenge  pour le site à nos pinceauxune jolie rose saumon dans un vase de la même couleur. J’ai opté pour y ajouter une petite fée sortie de mon imaginaire après avoir lu le magnifique livre de Benjamin Lacombe « l’herbier des fées ».

J’ai préparé une esquisse au crayon 4h, puis travaillé à une mise en couleur à l’aquarelle (godets et crayons), j’ai tracé tous les contours en utilisant un stylo feutre noir permanent épaisseur 0.3 pour achever mon illustration.

La rose et la fée

Aquarelle et feutre noir permanent, papier aquarelle 300g, format 180×240.

« Lorsque le premier bébé ria pour la première fois, son rire se brisa en un million de morceaux, et ils sautèrent un peu partout. Ce fut l’origine des fées. Et chaque fois qu’un enfant dit : “Je ne crois pas aux fées”, il y a quelque part une petite fée qui meurt. »

James Barrie – Peter Pan